lundi 14 novembre 2016

Évaluation d'une lampe à polymériser à DEL de deuxième génération

Contexte : Les lampes à polymériser dentaire à diodes électroluminescentes (DEL) durent plus longtemps et produisent moins de chaleur que les lampes à polymériser traditionnelles au quartz–tungstène–halogène (QTH). Les lampes à polymériser à DEL de première génération n'étaient cependant pas aussi efficaces que les lampes au QTH traditionnelles. Les lampes à DEL de deuxième génération qui sont maintenant offertes peuvent donner un meilleur rendement et réduire le temps nécessaire à la polymérisation. Dans la présente étude, on compare une lampe à DEL et une lampe au QTH afin de déterminer laquelle est la plus efficace pour la photopolymérisation d'un éventail de résines composites.

Méthodologie : On a comparé la capacité d'une lampe à polymériser à DEL de deuxième génération, utilisée pendant 20 et 40 secondes, et celle d'une lampe au QTH traditionnelle, utilisée pendant 40 secondes, pour la polymérisation d'un éventail de 10 résines composites à faible viscosité, postérieures et à usages multiples. La lumière émise par chacune des lampes a été mesurée à l'aide d'un spectroradiomètre. Trois exemples de chacune des lampes à polymériser ont été utilisés pour irradier les résines de scellement à des distances de 2 et 9 mm du guide de la lampe. La distance de 2 mm représente la distance la plus courte entre une cuspide et la résine dans une restauration de Classe I. La distance de 9 mm représente une situation clinique où l'on aurait une boîte proximale profonde dans une molaire. On a mesuré l'indice de Knoop sur le dessus et le dessous des échantillons de résine de scellement de 1,6 mm d'épaisseur après 15 minutes à l'air libre et après 24 heures dans l'eau à 37° C. On a combiné les indices de dureté sur le dessus et le dessous des échantillons irradiés aux 2 distances, et on a appliqué une méthode d'analyse linéaire générale avec ajustement de Sidak pour les comparaisons multiples, afin de comparer la capacité des lampes à polymériser les résines à une profondeur de 1,6 mm.

Résultats : Les 2 lampes émettaient à des densités similaires à 0, 2 et 9 mm du guide de la lampe, mais les répartitions spectrales étaient très différentes. Les lampes à DEL de deuxième génération avaient une répartition spectrale étroite avec un écart-type moyen maximal de 445,2 ± 0,3 nm. Les lampes au QTH avaient une répartition spectrale beaucoup plus large avec un écart-type moyen maximal de 491,3 ± 4,2 nm. Les différentes lampes à polymériser et les temps de polymérisation n'ont pas tous eu le même effet sur toutes les résines (p < 0,01). Vingt-quatre heures après l'irradiation, la lampe à DEL utilisée pendant 20 secondes a pu polymériser 5 des résines aussi bien que la lampe au QTH utilisée pendant 40 secondes (p > 0,01) et 7 des résines à plus de 80 % de la dureté obtenue avec la lampe au QTH. La lampe à DEL utilisée pendant 40 secondes a donné une dureté (après 24 heures) équivalente à celle obtenue avec la lampe au QTH (p > 0,01), et les 10 résines composites ont atteint une dureté supérieure à 80 % de celle obtenue avec la lampe au QTH.

Conclusions : Cette lampe à DEL n'a pas permis de lampe à photopolymériser sans fil toutes les résines composites aussi bien que la lampe au QTH. Par contre, utilisée pendant 40 secondes, la lampe à DEL a permis de polymériser plus de la moitié des résines aussi bien que la lampe au QTH (p > 0,01), et toutes les résines composites on atteint une dureté comparable à celle obtenue à l'aide de la lampe au QTH.

Risques oculaires associés à 4 types de lampes à polymériser led

Lampe A Photopolymeriser Mains Libres Pod Ultra Light

Aucun commentaire:

Publier un commentaire