mardi 22 novembre 2016

Obturations blanches et amalgames dentaire


Amalgames dentaire
Les matériaux d’obturation dentaire sont nombreux. L’amalgame est le matériau le plus ancien. Couramment appelé "plombage", il ne contient pas de plomb. Il est constitué de mercure, d'argent, de cuivre et d'étain.

Il permet de réaliser des obturations durables et bon marché. La majorité des patients tolèrent très bien ce matériaux. Néanmoins, selon les recommandations d’octobre 2005 de l’Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé), certains désavantages sont à relever:

•La gencive peut être colorée de manière irréversible en gris au voisinage des amalgames (tatouage à l amalgamateur).

•Certains patients porteurs de restaurations métalliques, dont des amalgames, se plaignent de courants électriques intra-buccaux, de goût métallique, de sensations de brûlure de la bouche ou de la langue et parfois d’autres symptômes. Les symptômes buccaux peuvent être attribués à des phénomènes de corrosion et à la dissolution des ions métalliques dans la salive.

•Le développement du lichen plan buccal (LPB) est souvent associé à la présence d’une ou plusieurs obturations à l’amalgame. Les études bibliographiques montrent une corrélation entre le LPB et une sensibilisation au mercure. Des incertitudes subsistent sur l’étiologie du LPB, mais l’amalgame semble jouer un rôle important dans le développement du LPB érosif. La dépose des amalgames entraîne dans la majorité des cas une amélioration ou une disparition des signes cliniques. En présence d’un lichen plan buccal, il est cependant recommandé d’avantager la suppression des facteurs locaux irritatifs (plaque dentaire) et traumatiques (phénomène de Koebner) avant d’envisager la dépose des amalgames.

Malgré les nombreuses polémiques, la toxicité de l’amalgame (toxicité rénale, induction de maladie neurodégénérative) n’a jamais été démontrée. Cependant, l'Allemagne, le Danemark, la Norvège et la Suède ont pris des dispositions qui limitent son utilisation.(détartreur à ultrasons)


De plus, l’amalgame n’est pas adhésif. Contrairement aux résines composites, il ne colle pas aux parois restantes de la dent. Au fil des années, la fracture de parois dentaires saines entourant l’amalgame est fréquente.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire